Vous êtes ici  ›Home› Publications

Sept Belges sur dix n’ont pas d’autre alternative que la voiture

Deux Belges sur trois utilisent la voiture pour se rendre au travail, notamment parce qu’en empruntant les transports publics, il leur faudrait plus de temps ou ils n’auraient pas toutes les correspondances nécessaires. C’est ce qu’il ressort d’un sondage réalisé par Indiville auprès d’un millier de Belges, à la demande de FEBIAC, la Fédération Belge et Luxembourgeoise de l’Automobile et du Cycle, dans le cadre du 97e Salon de l’Auto. Par ailleurs, un Belge sur trois est convaincu qu’il pourrait contribuer à la résorption des embouteillages s’il réfléchissait plus intelligemment au moyen de transport emprunté pour le trajet envisagé.

Il y a encore du pain sur la planche en termes de mobilité dans notre pays. En témoignent les nombreux embouteillages quotidiens… Dans le cadre du 97e Brussels Motor Show, l’organisateur FEBIAC a demandé à Indiville d’interroger 1.007 Belges sur leurs habitudes de déplacements et sur l’avenir de la fameuse combi-mobilité, à savoir la combinaison de différents moyens de transport pour se rendre d’un point A à un point B. Il ressort de ce sondage qu’une grande majorité de la population belge active (71%) effectue la navette cinq fois, voire plus, vers le travail. Sept personnes sur dix utilisent leur voiture (60% leur voiture privée, 10% leur voiture de société) ; la voiture demeure dès lors le moyen de transport par excellence des Belges, suivi ensuite par le bus ou le tram et puis le vélo.

Graphique I - Quels moyens de transport utilisez-vous pour vos navettes domicile-lieu de travail ?




Deux Belges sur trois utilisent la voiture parce qu’ils n’ont pas d’autre solution valable

Deux Belges sur trois (70%) utilisent surtout la voiture pour aller travailler parce que le réseau des transports publics n’offre pas de couverture suffisante. C’est la raison qu’ils invoquent principalement. Près d’une personne interrogée sur quatre (38%) prend la voiture parce que le bus ou le train coûte trop cher ou par manque de connexion (34%). Un tiers déclare aussi qu’en raison de leurs activités professionnelles, il leur est impossible de faire autrement (36%). Parmi tous les navetteurs interrogés, la moitié (50%) utilise uniquement la voiture pour aller travailler. Le pourcentage de navetteurs qui combinent la voiture et les transports publics s’élève à 11%.

Graphique II - Pour quelle raison utilisez-vous uniquement la voiture pour vos trajets domicile-lieu de travail? 


“Je pense qu’il y a encore beaucoup de marge pour harmoniser davantage la diversité des moyens de transport qui existent dans notre pays et pour les combiner. Il est essentiel que les pouvoirs publics adaptent notamment l’infrastructure des routes et des parkings pour favoriser la combi-mobilité et la faciliter, notamment en prévoyant davantage d’aires de stationnement en périphérie à proximité des arrêts de bus ou de tram et en équipant les gares de parkings de qualité afin que les gens puissent facilement passer d’un moyen de transport à l’autre pour effectuer leur trajet jusqu’à destination”, explique Luc Bontemps, administrateur délégué de la FEBIAC.

Pourtant, plus d’un Belge sur trois (37%) estime qu’il pourrait contribuer à résoudre les problèmes de mobilité dans notre pays en réfléchissant davantage à la manière dont il se déplace. Près d’un quart (24%) reste dubitatif, et le reste n’a aucun avis sur la question.

“Les records d’embouteillages que nous battons chaque année et le fait que, dans notre pays, il soit apparemment difficile d’optimiser notre réseau de voiries, incitent de plus en plus de gens à réfléchir à la manière dont ils se déplacent. En tant que fédération de l’automobile et du cycle, nous pouvons inciter les gens à réfléchir mieux à leur mobilité. C’est ce que nous faisons d’ailleurs en accueillant au Salon de l’Auto, de la Moto et de l’Utilitaire léger différentes solutions mutimodales. Un espace est réservé aux sociétés de transport public, nous faisons découvrir à nos visiteurs de nouveaux moyens de transport pour la ville, comme le monoroue ou le step électrique et nous faisons également la part belle aux plateformes de partage de voitures, vélos et scooters”, ajoute Luc Bontemps de FEBIAC.

Du pain sur la planche : seulement un Belge sur six estime que la combi-mobilité peut contribuer à résoudre le problème des embouteillages

Effectuer un trajet en combinant différents moyens de transport est, selon de nombreux experts, l’une des solutions pour diminuer les problèmes de mobilité. Pourtant, près de la moitié (45%) des personnes interrogées n’est pas convaincue que cette soi-disant combi-mobilité permettra de résorber les embouteillages : seulement une personne sur six (18%) en est convaincue. Force est de constater, de surcroit, que les jeunes en sont plus convaincus que les personnes plus âgées. Près de la moitié des jeunes, âgés de 18 à 30 ans pense qu’ils peuvent contribuer à réduire les embouteillages en optant pour la combi-mobilité. Par contre, seuls 34% des personnes de plus de 30 ans en sont persuadés. 

Graphique III - À votre avis, quelles sont les chances que la combi-mobilité (y compris les voitures partagées, vélos partagés et trottinettes partagées) résolve le problème des embouteillages à l’avenir?

“Nous constatons, principalement chez les jeunes, une légère évolution des mentalités en termes de mobilité, notamment chez ceux qui habitent dans une grande ville. En moyenne, 29% des Belges qui ont participé au sondage ont déclaré vouloir utiliser d’autres moyens de transport cette année, comme le vélo ou les transports publics, ou vouloir opter pour la combi-mobilité. Il y a donc beaucoup de potentiel. Non seulement, nous essayons d’informer et de sensibiliser le public, en tant que secteur, mais les employeurs peuvent également inciter les membres de leur personnel en instaurant par exemple un budget mobilité ou en utilisant les plateformes de partage, qui s’immiscent de plus en plus dans notre mobilité quotidienne ”, explique Luc Bontemps de FEBIAC.

Un travailleur sur deux déclare que son patron ne l’incite pas à opter pour la combi-mobilité

Selon plus de la moitié de la population active (56%), les employeurs ne prennent aucune initiative pour favoriser la combi-mobilité. Un quart (27%) affirme toutefois le contraire. Il s’agit d’initiatives telles que l’octroi d’une indemnité vélo (52%), d’un abonnement gratuit de bus ou de train (46%) ou le recours à la voiture partagée ou le vélo partagé (18%).

“Si nous voulons donner à la voiture la place qui lui revient dans notre société et inciter les gens à réfléchir à deux fois avant de l’utiliser inutilement, il faut qu’il y ait d’autres alternatives valables qui permettent d’harmoniser et de combiner parfaitement les différents moyens de transport individuels et alternatifs. Le budget mobilité est également un levier important de la réussite de la combi-mobilité”, conclut Luc Bontemps.

À propos du sondage

Indiville a interrogé 1007 Belges de 18 ans et plus, en ligne, entre le 8 janvier et le 14 janvier inclus. L’erreur d’échantillonnage maximale s’élève à +-3,01%. Les résultats ont été pondérés pour la population belge et sont représentatifs de la population selon l’âge, le sexe et la région.

Interlocuteurs (presse)

  1. Joost Kaesemans - Directeur communication FEBIAC - + 32 476 26 07 95        
  2. Wouter Samyn - Partenaire Indiville - + 32 494 08 46 97           

Twitter

Via FEBIAC zet de automobielsector zich formeel in voor een veilig en milieuvriendelijk beheer van hybride en elekt… https://t.co/CEvjz1pHOg


Lire

🔍 Zijn auto’s ook in het echte verkeer wel schoon? Of is dat enkel op de testbank zo? Je vindt er alles over op… https://t.co/DXQ4F5gu3Y


Lire


@alaingeerts9 @RTBFinfo @lalibrebe @vrtnws @destandaard Première question d'une majorité de jeunes quand ils entren… https://t.co/FAGSx0QTBn


Lire

@alaingeerts9 @febelauto @CarloDiAntonio Encore une fois, vous faites fausse route à force de rester bloqué dans le… https://t.co/pLjgteGrRZ


Lire