Vous êtes ici  ›Home› Dossiers

ACCISES SUR LES CARBURANTS AUTOMOBILES (NOVEMBRE 2005)

Fin octobre, en raison du maintien du prix élevé des carburants, le système à cliquet sur les prix des carburants a été mis au frigo. Nous revenons un instant sur ce système et sur ce qu’il jusqu’à présent coûté à l’automobiliste. La fiscalité sur les carburants automobiles (accises et TVA) représente à elle seule 46% des recettes prélevées par l'Etat sur l'automobile, soit plus de 5,4 milliards d'euros par an. Une source qui n'est pas près de se tarir!

Le ”cliquet”

La loi programme du 5 août 2003 a introduit entre le 1er août 2003 (1er janvier 2004 pour le diesel) et le 31 décembre 2007, les hausses d’accises suivantes:

  • + 0,126 € / l hors TVA pour les essences
  • + 0,112 € / l hors TVA pour le diesel

Ces augmentations font l’objet d’une introduction progressive à l’occasion des baisses successives des prix maxima des produits concernés (prix fixés par le contrat de programme), à concurrence chaque fois de la moitié de la baisse observée (hors TVA) et pour un maximum de 0,028 € / l chaque année. C’est ce qu’on appelle le ”cliquet”. Ce ”cliquet” avait pour but de répondre aux accords de Kyoto et en particulier aux engagements de la Belgique en matière d’émissions de gaz à effet de serre. La voie choisie par le gouvernement consistait, d’une part, à encourager l’adoption de technologies plus efficaces en matière énergétique et, d’autre part, à opérer un glissement radical des coûts fixes vers les coûts variables en matière de transport.

Le système du cliquet visait à diminuer l’usage des véhicules (!) en augmentant la taxation des carburants en compensation de la diminution de la taxe compensatoire des accises échelonnée de 2003 à 2007. Nous avions déjà précédemment chiffré l’impact de ces nouvelles mesures fiscales sur les revenus de l’Etat: l’impact était globalement positif, puisque sur la période 2003-2008, le bénéfice s’élevait à quelques 1,2 milliards d’euros. Ne fût-ce qu’entre 2003 et 2004, les recettes fiscales (TVA et accises) se sont accrues de plus de 350 millions d’euros. En 2005, du fait de la hausse importante du prix des carburants et des fluctuations qui ont néanmoins permis d’appliquer au cours des premiers mois le « cliquet », les recettes supplémentaires en termes d’accises et de TVA devrait se chiffrer à environ 500 millions d’euros !

Le mécanisme du ”cliquet inversé”

L’Arrêté Royal du 24 mai 2005 a introduit la mise en oeuvre du mécanisme dit du ”cliquet inversé” qui permet une réduction des accises.

Cette réduction du droit d’accise correspond:

  • au montant de TVA calculé sur la différence de prix entre le nouveau prix maximum et la limite fixée, lors d’une augmentation de prix maximum d’un niveau inférieur ou égal à la limite fixée vers un niveau supérieur à cette limite;
  • au montant de TVA calculé sur la différence de prix entre le nouveau prix maximum et le prix maximum précédent, lors d’une augmentation de prix maximum entre deux niveau situés au-dessus de la limite.

La limite est de 1,50 €/litre pour l’essence et de 1,1€/litre pour le gasoil routier. Comme on peut le constater dans le tableau ci-dessous, le mécanisme a déjà fonctionné cette année mais sans cependant rejoindre les niveaux qui étaient en vigueur en début d’année.

Conclusion

Le prix du carburant doit rester abordable, même pour ceux qui consomment peu. Il est impératif de réviser le système de cliquet. Les accises sur les carburants doivent baisser. Il faut également songer à la déductibilité fiscale des frais de voiture. Depuis combien de temps la contribution pour les déplacements domicile-travail est-elle fixée à 0,15 euro par kilomètre?

Tout le monde ou presque parle encore et toujours de ”6 francs par kilomètre”, ce qui en dit suffisamment long… La fiscalité automobile doit dès lors réellement favoriser les véhicules économiques et moins polluants, en encourageant aussi leur vente. Les dispositions existantes, qui s’appliquent uniquement à une poignée de modèles, sont certes méritoires, mais demeurent largement insuffisantes pour orienter le marché et modifier les comportements d’achat.

Twitter

[PERSBERICHT] Balans van de Belgische en regionale automarkt in de eerste helft van 2017 : https://t.co/1RsL817Lvv


Lire

Is NEDC beter dan WLPT? We leggen u uit waarom! #WLTP #helderoveruitstoot https://t.co/Ip5IjFI4zS https://t.co/QJGWFLFPwh


Lire


[COMMUNIQUE DE PRESSE] Bilan du marché automobile belge et régional au 1er semestre 2017 : https://t.co/p7owzfSkXO


Lire

Mieux que la NEDC, le WLPT ? On vous explique pourquoi ! #WLTP #toutsurleWLTP https://t.co/yR7gc231oo https://t.co/1ShXhK4E5O


Lire